Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport



Violent mais mentalement limité, il échappe à la prison

Publié le vendredi 6 juillet 2018 à 10:00
Aucun commentaire

Barre tribunal Mamoudzou

Tête baissée, l’homme à la barre ne semble pas bien saisir ce qu’il fait là. Lui qui apparaît dans plusieurs affaires de violences dit n’avoir besoin de personne pour assurer sa défense, mais peine à donner des réponses cohérentes aux questions qui lui sont posées. C’est menotté qu’il a été présenté aux juges du tribunal correctionnel. Placé sous contrôle judiciaire après des violences survenues à Acoua en début d’année, il a été mis en cause dans d’autres faits de violence en mai, qui lui ont valu d’être placé en détention. « Ce sont les gendarmes qui m’ont demandé de les suivre, je ne sais pas pourquoi. C’est à cause d’eux que je suis là » exprime le jeune homme de 19 ans, avec une lenteur de parole qui laisse planer le doute sur ses aptitudes mentales. Tout au long du procès, ses réponses se font sur ce ton lancinant, avec des répétitions frénétiques de phrases toutes faites comme « Je suis un homme, il faut se défendre tout seul » ou « je suis de La Réunion, La Possession ». Il peine aussi à ne pas couper la parole au président Banizette.

Le jeune homme retournera à Majicavo s’il ne se soigne pas

« Je m’interroge sur sa capacité à être jugé » lâche la procureure Fanny Gauvin qui regrette l’absence d’expertise psychiatrique. Une expertise semble avoir été faite en 2015 alors que le prévenu était mineur, mais elle n’est pas jointe à son dossier.
Les faits qui lui sont reprochés sont d’avoir participé à une rixe à Acoua. Des agresseurs lui auraient demandé de l’aide alors qu’il marchait alcoolisé dans la rue. « Je ne voulais pas bagarrer, je voulais juste boire tranquillement. J’ai juste aidé mes amis, on s’est défendus » se défend péniblement l’intéressé. Des amis qui, eux, affirment qu’ils ne le connaissaient pas plus que cela. Ils doivent de leur côté comparaître devant le juge des enfants.
On lui reprochait aussi d’avoir brisé un pare-brise avec une pierre. Là encore le garçon plaide la défense, mais en mélangeant plusieurs événements. « Ils m’avaient attaché alors que j’avais bu, je sais pas pourquoi. Je me suis défendu c’est tout » répète-t-il plusieurs fois, en référence à une autre affaire dans laquelle il apparaît. Long silence quand la procureure lui demande s’il a été suivi par un médecin durant son enfance. Certaines questions semblent juste trop compliquées pour lui.

« Sa personnalité m’interroge, je pense qu’il a un profil inquiétant » commente la représentante du ministère public. L’estimant « co-auteur des violences » de ce soir-là, elle réclame 10 mois ferme à son encontre, semblant oublier que quelques minutes plus tôt, elle doutait de sa capacité à répondre de ses actes. Le tribunal lui n’a pas oublié. Tenant compte « de la personnalité surtout », les magistrats ont exclu la prison et prononcé une simple contrainte pénale, avec obligation de soins psychologiques, de travail et interdiction de détenir une arme ou d’entrer en contact avec les victimes. S’il ne respectait pas ces obligations au cours des trois années à venir, il repartirait à Majicavo. Pour 6 mois.
Y.D.

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
357 jours Coupure d'eau à Handréma
357 jours Le Forume des étudiants outre-mer se tiendra le 22 septembre 2018
360 jours "L'adaptation du droit du sol à Mayotte est un premier pas"
360 jours Appel à contribution pour une conférence internationale sur le Canal du Mozambique
360 jours Coupure d’eau potable dans tous les villages de Chirongui
360 jours Interruption de la distribution d’eau potable à Mtsapéré
360 jours Les Assises de l'islam sont lancées
360 jours EDM sécurise l’électricité 60 foyers à Dembéni
361 jours Ramlati Ali salue le vote pour l'encadrement du droit du sol à Mayotte

MAGAZINE
Les tarifs du parking de l'aéroport
Vos sorties du week-end


CARNET DE JUSTICE
Amende maximale requise contre l'ancienne cheffe de la DEAL de Mayotte
Amende maximale requise contre l’ancienne cheffe de la DEAL de Mayotte
Principe de fraternité, ce que la décision du conseil constitutionnel pourrait changer à Mayotte
Immigration : le Conseil constitutionnel censure le "délit de solidarité"
Immigration : le Conseil constitutionnel censure le « délit de solidarité »
Violent mais mentalement limité, il échappe à la prison
La salle "Mélanie" inaugurée ce mardi 10 mois après sa création
La salle « Mélanie » inaugurée ce mardi 10 mois après sa création


PORTRAITS
Photo Saandati
Autoportraits : La « coco » Saandati Ahamadi, « Femme leader »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
26°
23°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL